Sarah Przybyl

Liste des sujets et thématiques des interventions de Sarah Przybyl (Géographe / laboratoire Migrinter)

Contact : sarah.przybyl@gmail.com // 06 16 37 79 58

 Durée : 20 à 45 minutes

 Intervention 1 : Les raisons du départ des mineurs isolés étrangers

 Mots clés : pays d’origine, motifs du départ, projet migratoire

À partir des entretiens semi-directifs et de la consultation de dossiers individuels sur différents terrains d’enquête, l’intervention revient sur les conditions de vie hétérogènes décrites par les mineurs avant leur départ en migration. Ce point envisage l’ensemble des événements mais aussi certains déclencheurs ayant fait de la migration une décision inévitable. Un travail d’identification des raisons du départ (et non des motivations à l’arrivée) permet de poser un nouveau regard sur l’origine de la migration des mineurs. L’analyse de l’organisation du départ (seul, avec la famille, avec des tiers) souligne la capacité variable des mineurs à être les instigateurs de leur propre parcours.

Intervention 2 : La frontière pour lieu de vie : plongée aux côtés des mineurs harragas dans les ports de Tanger-ville et Tanger-Méditerranée, dernières limites à franchir avant d’atteindre l’eldorado européen.

Mots clés : frontière, Tanger, émigration clandestine

Pendant près d’un mois, en 2013, alors que le littoral tangérois est en pleine mutation, je suis allée enquêter auprès des mineurs marocains qui tentent le départ clandestin depuis les ports de Tanger-ville et Tanger-Méditerranée. Dans ces deux enceintes portuaires très différentes, le travail de terrain a révélé des profils de mineurs candidats au départ très hétérogènes invitant à distinguer les enfants des rues et ceux de la rue pour proposer une meilleure lecture de l’espace d’émigration. Plus que des lieux de transit, les opérations de contrôle ont fait de ces ports des espaces de l’attente habités par des petits groupes de jeunes. Si les mutations portuaires ont eu raison des rêves d’ailleurs de certains mineurs, pour d’autres, la recréation de micro-sociétés organisées et la mise en place de nouvelles stratégies de passage résonnent comme une nouvelle opportunité de passage.

Intervention 3 : Routes, expériences et parcours migratoires des mineurs jusqu’en France

Mots clés : parcours migratoires, cartographie, expériences

La migration directe, la migration par relais ou encore la migration de la débrouille constituent autant de parcours migratoires que dessinent les mineurs pour arriver jusqu’en France. Les entretiens semi-directifs mais aussi les témoignages recueillis dans le cadre du projet Démineurs permettent de proposer une cartographie des routes empruntées. Associées aux expériences vécues par les jeunes, ces itinéraires dévoilent les opportunités et les contraintes qui jalonnent le voyage vers la France. Ce voyage géographique se double d’une autre transition plus discrète et intime : celle du passage à l’âge adulte par l’acquisition d’un nouveau statut auprès de la cellule familiale mais aussi par le biais des responsabilités nouvelles à assumer au cours du voyage. L’intérêt porté aux voyages permet également de voir comment, à partir de leurs expériences, les mineurs redécoupent les territoires, font émerger de nouvelles frontières et en abolissent d’autres.

Intervention 4 : Quand l’accès à la protection de l’enfance s’inspire des procédures d’asile : le nouveau parcours du combattant des mineurs isolés étrangers en France.

Mots clés : protection, contrôle, asile

Depuis l’augmentation du nombre de mineurs en France et les situations de saturation de certains départements, la procédure de reconnaissance de la minorité et de l’isolement fait l’objet d’un protocole d’évaluation stricte décidé par le Ministère de la justice. Alors que la protection de l’enfance à l’échelle internationale et nationale promeut une prise en charge immédiate des enfants isolés et donc en danger, le fait que ces mineurs soient étrangers semble insidieusement poser de plus en plus problème aux autorités. Comparés à des « patates chaudes » dont personne ne veut s’occuper, la procédure d’accès à la protection s’est complexifiée. Alors que la minorité et l’isolement devraient suffire leur fournir une protection, à peine débarqués sur le sol français, les mineurs doivent fournir les preuves de cette situation. Vérification des papiers par la Police aux frontières (PAF), examens médicaux et tests osseux, entretien d’évaluation dite sociale, sont autant d’épreuves que les mineurs doivent passer pour prétendre à une simple protection. Comparable au parcours des demandeurs d’asile, cette intervention interroge les nouvelles orientations des politiques de contrôle de la minorité et de l’isolement dans la production d’une catégorie de plus en plus spécifique alors même qu’elle relève des principes de droit commun.

Intervention 5 : Protéger et/ou contrôler ? Le travail social au prisme des injonctions contradictoires. Focus sur deux associations chargées du premier accueil à Marseille et Montpellier.

Mots clés : travail social, contrôle, évaluation

À partir d’une enquête menée dans deux associations chargées du premier accueil et de l’évaluation sociale des mineurs isolés étrangers, cette intervention interroge la transformation de la mission initiale du travail social et identifie les principales évolutions de l’accompagnement des mineurs isolés étrangers sous l’impulsion de l’entrée en vigueur de la Circulaire dite Taubira en 2013. La mobilisation d’un corpus institutionnel et juridique, les témoignages des professionnels et les situations d’entretiens observées entre les mineurs et les travailleurs sociaux, permettront de souligner la dimension contradictoire de la mission des professionnels du social prise entre une augmentation politique du contrôle et un impératif professionnel de la protection.

Intervention 6 : La construction d’un territoire de l’accueil

Mots clés : Conseil départemental, décentralisation, protection de l’enfance

Les données chiffrées de l’arrivée des mineurs en France fournies par les autorités ces dernières années et le choix d’opter pour une répartition nationale des mineurs ont marqué un tournant dans le traitement de la situation des mineurs isolés étrangers. Les différents actes de la décentralisation ont octroyé l’entière compétence de protection de l’enfance aux départements. Pour autant, les nombreuses réactions de présidents de conseils départementaux qui se disent aujourd’hui « saturés » interroge : le département est-il un échelon pertinent pour la prise en charge des mineurs isolés étrangers ? Cette intervention propose de décrypter les logiques politiques et institutionnelles qui ont conduit à faire des mineurs isolés étrangers une problématique nationale. Retracer l’histoire de la protection de l’enfance dans la décentralisation invite à replacer la question des mineurs isolés étrangers dans un héritage plus ancien. Sortir de l’actualité permet de prouver que la problématique n’est pas si nouvelle mais les décisions politiques successives ont fait de cette population à part un problème étendu à l’ensemble du territoire français.

Intervention 7 : Le placement dans une commune rurale : rythme de deux foyers de l’enfance spécialisés dans l’accueil des mineurs isolés étrangers depuis plus de 30 ans (Saverdun, Ariège et Treignac, Corrèze).

Mots clés : foyers de l’enfance, quotidien, commune rurale

Méconnus, peu médiatisés, discrets, les foyers de l’enfance qui prennent en charge les mineurs isolés étrangers placés à l’Aide sociale à l’enfance sont pourtant une étape incontournable du parcours de protection de ces jeunes. Pendant un mois, une immersion dans deux Maisons d’enfants à caractère social (MECS) à Saverdun et Treignac m’a permis de dévoiler les réalités de ces établissements peu connus et de découvrir qu’ils comptent parmi les plus anciens établissements ayant accueilli des mineurs étrangers. Dans ces deux communes rurales, loin de l’agitation et de l’urgence des grandes agglomérations, l’intervention décrypte le rythme particulier de ces lieux isolés qui prennent en charge des mineurs en quête de liens et de symboles associés à la modernité. Autre étape de vie, la question du projet individuel prend alors une place prédominante au risque de devenir une obsession favorisant un climat d’urgence et de construire une relation complexe avec les mineurs les plus en difficulté. L’intervention mettra en lumière le décalage existant entre les projets individuels rêvés par les mineurs et les réalités offertes par la société française à des jeunes soumis à l’impératif de la régularisation à leurs 18 ans.

Intervention 8 : Enjeux de l’enquête qualitative avec des mineurs isolés étrangers : retour sur la construction d’une démarche scientifique avec un public vulnérable.

Mots clés : protocole d’enquête, éthique, vulnérabilité

Alors que les migrations sont au cœur de l’actualité, cette thématique revient sur les enjeux du contact avec un public vulnérable. Public dont la parole est devenue un outil du contrôle et de la vérification, cette intervention retrace les étapes d’une recherche pour identifier les erreurs et les avancées dans l’instauration d’un dialogue avec les mineurs. Sous l’effet des crises migratoires et de l’élan citoyen autour des personnes migrantes, l’accès à la « vulnérabilité » s’est démocratisé au risque d’omettre des réflexions centrales sur les implications d’un tel contact. Ce temps de réflexion sera l’occasion d’interroger la capacité du chercheur à recevoir des parcours traumatiques et comment différencier l’espace de l’entretien de celui d’une consultation avec un professionnel. L’intérêt de l’outil audiovisuel dans le cadre du projet Démineurs sera notamment abordé pour souligner la pertinence de la démarche créative dans la création d’autres espaces de parole.

Publicités